Accueil>Documentation>Archives>
  MOSCI Documentation Nous aider Utile D I

 

 

 

MOSCI -Case Postale 145-1350 Orbe
 
info(at)mosci.info
CCP: 10-189623-1

Vérités sur l'islam

Des fondements du système islamique aux mécanismes et conséquences de l'islamisation

commandez votre exemplaire du livre de 320 pages écrit par le président du MOSCI.

Prix de vente: 30.- CHF

Réductions si plusieurs exemplaires commandés.

>>voir le descriptif et le sommaire

 


 

Livres de Riposte Laïque en vente :

"Les dessous du voile"

"Résistance Républicaine"


Analyse juridique : pourquoi l’interdiction des minarets ne viole pas la CEDH

>> voir l'analyse ¦ (version au format Word)


Derniers ajouts:

29.06.2011 Victoire: le Conseil communal refuse de subventionner illégalement la mosquée de Vevey, mais la Municipalité dhimmie n'a pas dit son dernier mot

29.06.2011Pour l’imam du Centre islamique de Lausanne, les terroristes musulmans vont au paradis

19.06.2011 Al-Zawahiri a vécu en Suisse et a donné une conférence à la mosquée de Genève

27.05.2011 Savièse (VS) censure Geert Wilders

20.05.2011 Une initiative pour l'interdiction du voile intégral aboutit au Tessin

17.05.2011 Vevey sur le point de subventionner illégalement la mosquée et d’appliquer la charia

07.05.2011 Grande-Bretagne : des terroristes ont été protégés par crainte d'accusations de racisme

07.05.2011 Vendredi Saint : Prière publique musulmane en plein centre de Rome

07.05.2011 L'appel du muezzin à Milan dans une mosquée des Frères Musulmans

07.05.2011 Grande-Bretagne : l'eau sacrée rapportée de La Mecque est toxique

07.05.2011 Armée: un officier suisse islamiste tenu à l'écart

07.05.2011 Conquête de Rome: le cheikh Al-Qaradawi annonce le programme

27.04.2011 Appels au crime et à la violence sur le site du Centre islamique de Lausanne : le MOSCI dépose une plainte

18.04.2011 Tessin: lancement d’une initiative populaire pour l’interdiction du voile intégral

18.04.2011Brésil : un jihadiste massacre des enfants à Rio

18.04.2011Espagne: la ville de Salt craque après un premier mort

18.04.2011La Tunisie sera-t-elle voilée ?

08.04.2011La manifestation pour le renversement de la démocratie prévue le 9 avril à Paris est enfin interdite

06.04.2011 Une mosquée de Nanterre diffuse l’appel du muezzin

06.04.2011 Victime d'un viol collectif aux EAU, une Australienne fait 8 mois de prison pour adultère

06.04.2011 Islam et susceptibilité contextuelle : la Weltwoche réprimée par le Conseil suisse de la presse

06.04.2011 Italie : Intifada pour les moins de 18 ans à Lampedusa

21.03.2011 Le CMMS courtise le monde politique: les prises de positions des représentants des partis

21.03.2011Au Califat d’Espagne, l’islam interdit les chiens dans les bus

15.03.2011 La salle du Grand conseil vaudois louée aux subordonnés de Kadhafi pour prôner la censure

08.03.2011 Les chantres de l’islamisation et de la censure occuperont le Grand consei

l04.03.2011 Sharia4America projette de détruire la Statue de la Liberté et la remplacer par un minaret

04.03.2011 Fusillade à l'aéroport de Francfort: la piste islamiste

04.03.2011 Une activiste islamiste candidate à Vernier (GE) sur la liste des Verts

01.03.2011 Antisémitisme arabo-musulman: un juif molesté vers la synagogue de Lausanne

01.03.2011Une émission égyptienne pour enfants : "Libérer Jérusalem des Juifs répugnants"

28.02.2011 Dhimmitude: Marlène Bérard, candidate à la Municipalité lausannoise porte le voile islamique

25.02.2011 Le Conseil de l'Europe met en garde contre le multiculturalisme

25.02.2011 Le FBI poursuivi en justice pour avoir enquêté dans une mosquée

25.02.2011On attend jusqu'à 300'000 réfugiés en provenance de Libye et d'Afrique du Nord

21.02.2011 Le CMMS courtise le monde politique

16.02.2011 Autriche : Elisabeth Sabaditsch-Wolff condamnée pour blasphème

16.02.2011 Contrairement à ce qu'affirme Etienne Grisel, le Code pénal est insuffisant à poursuivre les encouragements publics au crime provenant d'imams.

14.02.2011 GB : Caméra cachée dans les écoles islamiques où l’élite de demain est formée

14.02.2011 La sécularisation dans une société musulmane est l'équivalent de l'apostasie

07.01.2011 Le MOSCI rappelle que l’islamiste Larbi Guesmi, prétendant s’excuser de ses propos appelant au terrorisme, avait déjà tenu des propos analogues auparavant

03.01.2011 Al-Qaradhawi : "Tous devraient mener le djihad" ; "je suis contre le processus de paix"

03.01.2011 Le Grand Mufti Saoudien: "les membres d'al-Qaïda déshonorent l'islam…en se déguisant en femmes"

03.01.2011 L’imam neuchâtelois Larbi Guesmi fait à nouveau l’apologie du terrorisme

 

Les incontournables:

Télécharger le rapport Obin (islam dans les écoles françaises)

Télécharger le rapport Denece (leproblème de l'islam dans les banlieues)

L'Occident face à l'islam militant

Eurabia au Conseil de l'Europe (Resolution 1605)

17.10.2010 Les tribunaux islamiques de Grande-Bretagne légitiment des viols

01.10.2010 Le Président du MOSCI acquitté : la critique de l'islam n'est pas du racisme
01.10.2010 C'est 50 attaques d'envergure qui ont été déjouées depuis 2001 en Europe

11.10.2010 Les risques de la finance islamique : flash-back sur les déboires de Dubaï

01.10.2010 Le Président du MOSCI acquitté : la critique de l'islam n'est pas du racisme
01.10.2010 C'est 50 attaques d'envergure qui ont été déjouées depuis 2001 en Europe

25.09.2010 Point de vue d'un professeur de droit sur l'interdiction du voile intégral

19.08.2010 L'interdiction du voile à l'école saint-galloise fait tache d'huile

05.07.2010 Résolution 1743 contre l'islamophobie adoptée par le conseil de l'Europe : limitation de la liberté d'expression

02.07.2010 De l'apologie du martyr à l'incitation au crime: les appels au Jihad ont-ils dorénavant droit de cité à Genève ?

11.06.2010 Kadhafi : “les musulmans vont hériter de l’Europe; La Turquie sera un cheval de Troie”

11.06.2010 Turquie : le chef de l’Église catholique a été égorgé.

12.05.2010 Eurabia: La "feuille de route" de l'UE prévoit de dynamiser l'immigration en provennce du monde arabo-musulman

05.05.2010 Diffamation des religions: Fribourg persiste et signe suite au recours du MOSCI

24.03.2010 L’ambassade belge en Suisse soutient l’islamisation du marché

13.03.2010 Nigeria: des musulmans massacrent des chrétiens, on parle de près de 500 victimes

01.03.2010 Flash-back : les minarets sont interdits en Suisse depuis maintenant 3 mois


05.03.2010 Pakistan : Un couple de chrétiens condamnés à 25 ans de prison pour avoir touché le Coran sans s'être préalablement lavé les mains

11.02.2010 Allemagne : appel du muezzin autorisé à Rendsburg

05.02.2010 16 ans, enterrée vivante pour laver l' "honneur" de la famille

05.02.2010 Suède : Les juifs persécutés fuient la ville de Malmö

Et si Mahomet n'avait jamais existé ?

Falsifier la Science pour faire de la Mecque le centre du monde

Calmy-Rey, voile et propagande

Bibliographie

Analyse du recueil 1 du Conseil européen des fatwas

Arrêt du Refah (CEDH, 31 juillet 2001)

ONU: interdiction de critiquer la charia

1/3 des musulmans justifient le meurtre, 40% veulent la charia

Reportage: islam, ce que l'Occident doit savoir

La police britannique étudiera la Charia

GB: l'Eglise et le Gouvernement pour l'application de la Charia

GB: ne dites plus "terrorisme islamique", mais "activité anti-islamique"

Autriche: une politicienne risque 2 ans de prison pour insulte à l'islam

Egypte: vaut-il mieux être orphelin dans l'islam qu'enfant d'une Chrétienne?

TV palestinienne: manipulation, négationisme et appel à la haine

 


Publications plus anciennes

(de août à décembre 2010)

 

25.12.2010 Campagne islamiste d'affichage anti-Noël ¨

25.12.2010 Special Noël aux quatre coins du Dar al-islam

22.12.2010 Le drapeau du jihad flotte parmi les manifestants contre les Assises sur l’islamisation

22.12.2010 Al Qaïda revendique l'attentat de Stockholm et appelle à gâcher les Fêtes par de fausses alertes

11.12.2010Dhimmi du mois de novembre : Grégoire III Lahham, Patriarche de l'Eglise grecque au Liban

11.12.2010 Canada : un Institut Mahomet de l'espace

11.12.2010 1/4 des anciens détenus de Guantanamo se sont engagés dans des activités terroristes

06.12.2010 Quand Noël devient tabou

06.12.2010 Qui veut plus d'islam et de charia dans la vie politique ?

04.12.2010 Fribourg : le Préfet confirme les accusations de " diffamation des religions " contre le MOSCI

03.12.2010 OCI : Selon le secrétaire-général de l'organisation l'Occident complote contre l'Islam

02.12.2010Kadhafi réitère son chantage à l'Europe : payer 5 milliards d'€ par an ou subir une invasion islamique débridée

02.12.2010 Les visées néo-ottomanes de la Turquie

02.12.2010 Grande-Bretagne: un homme condamné à une amende de 230 euros pour insultes à Allah

01.12.2010 Blancho, le militant pro-charia et ami supposé d’Al-Qaida espère être soutenu par les Suisses pour ré-autoriser les minarets

01.12.2010 Autorité Palestinienne : “le Mur des Lamentations, c’est musulman”

29.11.2010 Interdiction des minarets : joyeux anniversaire

26.11.2010 La rue Timbaud à Paris, fief islamiste

26.11.2010 Mosquée de Gound zero : nouvelle provocation de l’imam Rauf

26.11.2010 Grande-Bretagne : Une élève de 15 ans arrêtée par la police pour avoir posté une vidéo d'un coran brûlé sur Facebook

25.11.2010 Raymond Ibrahim : Comment la taqiyya modifie pour l’islam les règles de la guerre

23.11.2010 Dix terroristes islamiques arrêtés : ils préparaient un attentat en Belgique

23.11.2010 Les châtiments de la charia inculqués à des enfants anglais

23.11.2010 Poursuivie pour avoir critiqué l'islam: interview de l'Autrichienne Elisabeth Sabaditsch-Wolff

23.11.2010 Les chrétiens d'Irak à nouveau visés

19.11.2010Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour « blasphème » (= pour avoir comparé Jésus et Mahomet)

19.11.2010Italie: un musulman tente d'assassiner un juif au son des "Allah Akbar" à l'Université de Gênes

19.11.2010Canada : Selon un rapport officiel, des islamistes visent à établir une "société parallèle"

19.11.2010La République islamique d’Iran, le nouvel Eldorado des nazis

08.11.2010USA : Un conseiller du Homeland Security lié aux Frères musulmans et au Hamas

08.11.2010 Turquie : L'armée boude une cérémonie officielle à cause des femmes voilées

 


 

 

 

 

 

 

 

 

05.07.2010 Résolution 1743 contre l'islamophobie adoptée par le conseil de l'Europe : limitation de la liberté d'expression

 
 

Ce texte est passé à l’assemblée du conseil de l’Europe le 23 juin dernier. Ca vaut le coup d’oeil ! Et je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. Ce texte est d’une naïveté et d’une arrogance… Ce sont ceux qui l’ont écrit qui ne connaissent pas l’Islam, la vraie.

Ce texte incite à remplacer l’Histoire par la propagande de manière intensive dès l’école, à condamner des leaders politiques tels que Geert Wilders, à faire confiance aux Musulmans et leur donner des outils de répression envers ceux (Musulmans compris) qui prouveront que l’Islam est violente et intolérante en se fondant sur les textes et des faits. Il faut aussi limiter la liberté d’expression des islamovigilants, limiter les referundums (comme celui des minarets en Suisse).

Mais ” L’islam d’Europe” ne marchera pas. Est-ce que l’Islam de France fonctionne ? Les Musulmans de France n’ont cessé de se radicaliser au fil du temps. S’accrocher à cette chimère, c’est justement méconnaître la culture islamique…

Résolution 1743 (2010)

1. L’Assemblée parlementaire note que le radicalisme islamique et la manipulation des croyances religieuses à des fins politiques s’opposent aux droits de l’homme et aux valeurs démocratiques. En même temps, dans de nombreux Etats membres du Conseil de l’Europe, les musulmans ont le sentiment d’être exclus de la société et de faire l’objet de stigmatisations et de discriminations; ils sont victimes de stéréotypes, de la marginalisation sociale et de l’extrémisme politique. L’Assemblée est très préoccupée par l’extrémisme islamique et par l’extrémisme qui rejette les communautés musulmanes d’Europe, deux phénomènes qui se renforcent mutuellement.

2. L’Assemblée rappelle que l’islamisme est une façon de concevoir l’islam non seulement comme une religion mais aussi comme un code de conduite social, juridique et politique. L’islamisme peut être violent ou pacifique et modéré, mais en aucun cas il ne reconnaît la séparation de la religion et de l’Etat, grand principe des sociétés démocratiques et pluralistes. L’Assemblée rappelle, en outre, que la discrimination envers les musulmans est inacceptable et doit être combattue. La vaste majorité des musulmans européens partagent les principes fondateurs de nos sociétés et il est essentiel de lutter contre l’islamophobie, qui vient essentiellement de l’ignorance et d’une image négative résultant d’un amalgame entre islam et violence. En ne s’attelant pas à ces questions, de nombreux gouvernements européens favorisent la montée de l’extrémisme.

3. Les musulmans sont chez eux en Europe, où ils sont présents depuis des siècles, comme l’indique l’Assemblée dans sa Recommandation 1162 (1991) sur la contribution de la civilisation islamique à la culture européenne. L’islam, le judaïsme et le christianisme - les trois religions monothéistes - partagent les mêmes racines historiques et culturelles et reconnaissent les mêmes valeurs fondamentales, notamment l’importance primordiale de la vie et de la dignité humaines, la capacité et la liberté d’exprimer ses pensées, le respect d’autrui et de la propriété d’autrui, l’importance de l’aide sociale. Ces valeurs ont trouvé un écho dans les philosophies européennes et ont été insérées dans la Convention européenne des droits de l’homme (STE n° 5).

4. L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme garantit la liberté de pensée, de conscience et de religion, y compris le droit de manifester sa religion ou ses convictions, individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’observance des rites. L’article 10 de la Convention consacre la liberté d’expression, y compris le droit d’exprimer des opinions religieuses ou philosophiques ou de s’y opposer et de les critiquer. Ces deux libertés sont une condition indispensable à l’existence d’une société démocratique. Elles ne sont toutefois pas absolues et peuvent faire l’objet de limitations strictement encadrées. En outre, conformément à l’article 17 de la Convention, elles ne doivent pas être exercées de manière abusive pour supprimer ou restreindre excessivement l’un des droits et libertés énoncés par la Convention.

5. L’Assemblée a déjà souligné, dans sa Résolution 1510 (2006) sur la liberté d’expression et le respect des croyances religieuses, ainsi que dans sa Recommandation 1805 (2007), « Blasphème, insultes à caractère religieux et discours de haine contre des personnes au motif de leur religion », qu’il importait de concilier ces deux libertés. Elle condamne fermement les menaces de mort et les décrets de condamnation à mort prononcés à l’encontre des personnes qui critiquent l’islam ou les opinions politiques liées à l’islam. Elle déplore toutefois les initiatives prises par un certain nombre d’États membres des Nations Unies qui ont abouti à l’adoption par le Conseil des droits de l’homme de résolutions portant sur la lutte contre la diffamation des religions, et notamment de l’islam, dans la mesure où cette orientation constitue une menace pour la liberté d’expression.

6. Rappelant sa Recommandation 1804 (2007), « Etat, religion, laïcité et droits de l’homme », l’Assemblée souligne que les normes démocratiques imposent la séparation entre l’Etat et ses organes et la religion et les organisations religieuses. Les gouvernements, les parlements et les administrations publiques qui reflètent démocratiquement leur société dans son ensemble et sont à son service doivent être neutres à l’égard de toute croyance religieuse, agnostique ou athée. La religion et la démocratie ne sont néanmoins pas incompatibles, notamment parce que les religions peuvent jouer un rôle social bénéfique. Par conséquent, les États membres devraient encourager les organisations religieuses à favoriser la paix, la tolérance, la solidarité et le dialogue interculturel.

7. L’Assemblée constate, cependant, avec préoccupation que certaines organisations islamiques, qui exercent leurs activités dans les États membres, ont été lancées par des gouvernements étrangers qui leur dispensent une aide financière et des directives politiques. Les objectifs de ces organisations ne sont par conséquent pas religieux. Il importe de mettre en lumière cette expansion politique nationale vers d’autres États sous couvert de l’islam. De manière compatible avec l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme, les Etats membres peuvent limiter les activités de ces organisations, sous réserve que ces limitations remplissent les conditions imposées par le paragraphe 2 de l’article 11. Il convient, par conséquent, que les États membres imposent aux associations islamiques et aux autres associations religieuses de faire preuve de transparence et de rendre des comptes, par exemple en exigeant la transparence de leurs objectifs statutaires, de leurs dirigeants, de leurs membres et de leurs ressources financières.

8. Comme l’Assemblée l’indique dans sa Recommandation 1774 (2006) sur la présence turque en Europe : travailleurs migrants et nouveaux citoyens européens, les gouvernements et les parlements des Etats membres, ainsi que le Conseil de l’Europe, doivent en priorité favoriser l’intégration sociale des musulmans et des autres minorités religieuses. Il convient de se féliciter des nombreuses initiatives prises par les Etats membres pour mieux intégrer les migrants, mais cette intégration est encore loin d’être une réalité, notamment pour les migrants musulmans. Aussi l’Assemblée invite-t-elle les États membres à traiter en amont les inégalités sociales, économiques et politiques.

9. L’Assemblée appelle les Etats membres à lutter efficacement contre l’exclusion sociale et économique des musulmans et des autres minorités en Europe - y compris par l’adoption, la mise en œuvre et le contrôle régulier d’une gamme complète de dispositions législatives, de politiques et de pratiques antidiscriminatoires destinées à les protéger contre la discrimination qu’ils subissent au quotidien et à leur assurer un meilleur accès aux recours juridiques en cas de violation de leurs droits.

10. Bien que l’existence de structures organisationnelles des communautés musulmanes soit souhaitable dans les Etats membres pour faciliter leurs contacts avec les instances gouvernementales et administratives, les gouvernements et les parlements de ces pays devraient chercher à établir également des contacts politiques directs avec les musulmans en leur qualité de citoyens à part entière. Ces contacts directs pourraient être facilités, par exemple, par l’organisation d’auditions publiques aux niveaux local et régional, ainsi que par la mise en place, sur internet, de plates-formes régionales et nationales de discussion. Se référant à la Recommandation 170 (2005) du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe sur le dialogue interculturel et interreligieux : initiatives et responsabilités des autorités locales, l’Assemblée invite les parlements nationaux à veiller à ce que les autorités locales de leur pays disposent des cadres juridiques, administratifs et financiers nécessaires à l’exercice des activités locales destinées à favoriser l’insertion sociale et le dialogue interculturel.

11. Il est nécessaire que les personnes appartenant à une culture minoritaire dans leur pays ne s’isolent pas et ne cherchent pas à mettre en place une société parallèle. Aussi l’Assemblée invite-t-elle les représentants des communautés musulmanes à encourager le dialogue interculturel ainsi qu’à lutter contre des divisions qui entraîneraient, dans le cas contraire, des frictions et des conflits au sein de la société. Rappelant sa Résolution 1605 (2008) et sa Recommandation 1831 (2008) sur les communautés musulmanes européennes face à l’extrémisme, l’Assemblée invite les musulmans, leurs communautés religieuses et leurs responsables religieux à lutter contre toute forme d’extrémisme pratiqué sous couvert de l’islam. L’islam est une religion qui prône la paix. Les musulmans devraient être les premiers à réagir avec consternation et à s’opposer à l’utilisation que les terroristes ou les extrémistes politiques font de l’islam pour mener leurs propres luttes de pouvoir et porter ainsi atteinte à cette valeur essentielle qu’est la vie humaine et aux autres principes consacrés par l’islam.

12. L’Assemblée déplore qu’un nombre croissant de partis politiques en Europe exploitent et attisent la peur de l’islam en menant des campagnes politiques qui privilégient une vision simpliste et des clichés négatifs à propos des musulmans d’Europe en assimilant l’islam à l’extrémisme. L’incitation à l’intolérance et parfois même à la haine envers les musulmans est inadmissible. L’Assemblée invite les États membres à mener une action politique conforme à la Recommandation de politique générale n° 5 (2000) de la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) sur « la lutte contre l’intolérance et les discriminations envers les musulmans ». Elle rappelle qu’il appartient aux Etats membres de rejeter de tels discours politiques attisant la peur et la haine des musulmans et de l’islam, tout en se conformant aux prescriptions de la Convention européenne des droits de l’homme, en particulier à son article 10.2.

13. L’Assemblée reste également préoccupée par les politiques et les pratiques - tant des autorités nationales que des autorités régionales ou locales - discriminatoires à l’encontre des musulmans, et par le risque d’une utilisation abusive des votes, initiatives et référendums populaires pour légitimer des restrictions des droits à la liberté de religion et d’expression qui sont inacceptables au regard des articles 9 et 10 de la Convention européenne des droits de l’homme. Dans ce contexte, l’Assemblée est particulièrement préoccupée par le référendum organisé récemment en Suisse et demande instamment aux autorités suisses d’adopter un moratoire sur l’interdiction générale de la construction des minarets de mosquées et d’abroger dès que possible cette interdiction.

14. Rappelant sa Résolution 1464 (2005) sur les femmes et la religion en Europe, l’Assemblée invite l’ensemble des communautés musulmanes à abandonner toute interprétation traditionnelle de l’islam qui nie l’égalité entre hommes et femmes et restreint les droits des femmes, à la fois au sein de la famille et dans la vie publique. Cette interprétation n’est pas compatible avec la dignité humaine et les normes démocratiques; les femmes sont égales en tout aux hommes et doivent être traitées en conséquence, sans exception. La discrimination des femmes, qu’elle soit fondée sur des traditions religieuses ou non, est contraire aux articles 8, 9 et 14 de la Convention européenne des droits de l’homme, à l’article 5 de son Protocole n° 7, ainsi qu’à son Protocole n° 12. Aucun relativisme religieux ou culturel ne saurait être invoqué pour justifier des violations de la personne humaine. L’Assemblée parlementaire exhorte donc les Etats membres à prendre toutes les mesures nécessaires pour éradiquer l’islamisme radical et l’islamophobie, dont les femmes sont les premières victimes.

15. À cet égard, le port du voile par les femmes, et surtout le port du voile intégral sous la forme de la burqa ou du niqab, est souvent perçu comme un symbole de soumission des femmes aux hommes, qui restreint le rôle des femmes au sein de la société, limite leur vie professionnelle et entrave leurs activités sociales et économiques. Ni le port du voile intégral par les femmes, ni même celui du foulard n’est admis comme une obligation religieuse par tous les musulmans, mais nombre d’entre eux voient ces pratiques comme une tradition sociale et culturelle. L’Assemblée estime que cette tradition pourrait représenter une menace pour la dignité et la liberté des femmes. Aucune femme ne devrait être contrainte de porter une tenue religieuse par sa communauté ou sa famille. Tout acte d’oppression, de séquestration ou de violence constitue un crime qui doit être puni par la loi. Les femmes victimes de ces crimes doivent être protégées par les Etats membres, quel que soit leur statut, et bénéficier de mesures de soutien et de réhabilitation.1

16. C’est la raison pour laquelle la possibilité d’interdire le port de la burqa et du niqab est envisagée par les parlements de plusieurs pays d’Europe. L’article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme reconnaît à toute personne le droit de choisir librement de porter ou non une tenue religieuse en privé ou en public. Les restrictions légales imposées à cette liberté peuvent se justifier lorsqu’elles s’avèrent nécessaires dans une société démocratique, notamment pour des raisons de sécurité ou lorsque les fonctions publiques ou professionnelles d’une personne lui imposent de faire preuve de neutralité religieuse ou de montrer son visage. Toutefois, l’interdiction générale du port de la burqa et du niqab dénierait aux femmes qui le souhaitent librement le droit de couvrir leur visage.

17. De plus, une interdiction générale pourrait avoir un effet contraire, en poussant les familles et la communauté à faire pression sur les femmes musulmanes pour qu’elles restent chez elles et se limitent à entretenir des contacts avec d’autres femmes. Les femmes musulmanes subiraient une exclusion supplémentaire si elles devaient quitter les établissements d’enseignement, se tenir à l’écart des lieux publics et renoncer au travail hors de leur communauté pour ne pas rompre avec leur tradition familiale. L’Assemblée invite, par conséquent, les États membres à élaborer des politiques ciblées, destinées à sensibiliser les femmes musulmanes à leurs droits, à les aider à prendre part à la vie publique, ainsi qu’à leur offrir les mêmes possibilités de mener une vie professionnelle et de parvenir à une indépendance sociale et économique. À cet égard, l’éducation des jeunes femmes musulmanes, de leurs parents et de leurs familles est primordiale. Il est en particulier nécessaire de supprimer toute forme de discrimination à l’encontre des filles et de développer l’éducation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes, sans stéréotypes et à tous les niveaux du système d’éducation.

18. Les mutilations génitales féminines pratiquées sous prétexte de respecter des coutumes islamiques ou autres devraient être considérées comme des crimes car elles portent atteinte au droit à l’intégrité physique et morale de toute personne, en particulier des filles. Les Etats membres doivent tout mettre en œuvre pour lutter contre ces crimes et dispenser une aide concrète aux enfants et à leurs parents, notamment par l’éducation. L’Assemblée rappelle à cet égard sa Résolution 1247 (2001) sur les mutilations sexuelles féminines.

19. Dans cette perspective, l’Assemblée exhorte les Etats membres à prendre toutes les mesures visant à prévenir et à combattre toute forme d’oppression ou de violence subies par les femmes, et en particulier à soutenir, dans le cadre des négociations de la future convention du Conseil de l’Europe sur la lutte et la prévention de la violence à l’égard des femmes et de la violence domestique (CAHVIO), les dispositions permettant aux femmes, quel que soit leur origine ou leur statut, d’avoir accès à des dispositifs de protection, de prévention et de réhabilitation.

20. Les clichés, les idées reçues et les peurs que suscite l’islam sont les symptômes typiques d’une large méconnaissance de ce sujet par les non-musulmans en Europe. De même, de nombreux musulmans d’Europe ont une méconnaissance de l’islam, sans parler des autres religions, qui peut les rendre vulnérables à « l’islamisme », c’est-à-dire à une forme d’extrémisme politique pratiqué sous un couvert religieux. A cet égard, l’Assemblée rappelle sa Recommandation 1720 (2005) « Education et religion » et invite les Etats membres à veiller à ce que la connaissance de l’islam, du judaïsme et du christianisme soit enseignée à l’école et au moyen d’une éducation dispensée tout au long de la vie.

21. Les Etats membres devraient favoriser l’enseignement des religions, de manière à sensibiliser l’opinion publique à l’origine et aux valeurs communes du judaïsme, du christianisme et de l’islam, ainsi qu’à leur incidence sur l’humanisme européen moderne. Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche en Europe devraient faire de l’islam une matière d’enseignement afin de former les universitaires, enseignants et responsables religieux et d’établir une distinction entre islam et islamisme. L’Assemblée ne doute pas que la plupart des musulmans européens d’aujourd’hui acceptent une conception commune qui concilie l’islam avec les valeurs démocratiques, les droits de l’homme et l’État de droit ; d’ailleurs, beaucoup de musulmans l’ont déjà fait depuis longtemps.

22. L’Assemblée se félicite également du Livre blanc sur le dialogue interculturel, élaboré en 2008 par le Conseil de l’Europe à l’occasion de l’Année européenne du dialogue interculturel, ainsi que d’autres activités menées par le Comité des Ministres dans ce domaine. Les gouvernements des Etats membres devraient s’appuyer sur ce Livre blanc pour définir les mesures à prendre à ce sujet dans leur pays, notamment dans les écoles et autres établissements d’enseignement.

23. Il importe de créer des synergies avec d’autres organisations internationales à ce sujet. C’est pourquoi l’Assemblée invite l’Alliance des civilisations des Nations Unies à coopérer plus étroitement avec le Conseil de l’Europe, notamment en mettant en place des programmes d’action communs. À cet égard, l’Assemblée invite le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe à rechercher un financement supplémentaire pour ces activités auprès des Etats membres et à faciliter le détachement réciproque d’agents entre les deux organisations.

24. L’Assemblée invite l’Organisation Islamique pour l’éducation, les sciences et la culture (ISESCO) et l’Organisation de la Ligue arabe pour l’éducation, la culture et les sciences (ALECSO) à collaborer avec le Conseil de l’Europe pour lutter contre l’islamisme et l’islamophobie ou toute autre forme de discrimination religieuse, ainsi que pour promouvoir le respect des droits de l’homme universels. L’ISESCO et l’ALESCO peuvent jouer un rôle particulièrement important, en veillant à ce que leurs membres respectent le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) de l’Organisation des Nations Unies.

25. À cet égard, l’Assemblée déplore que certains gouvernements membres de l’ISESCO et de l’ALECSO aient adopté une législation nationale fondée sur une interprétation de la charia ou aient mené des politiques nationales contraires au PIDCP et au PIDESC : infliger de lourdes peines, voire la peine de mort, à des personnes qui souhaitent adopter une autre religion que l’islam est incompatible avec l’article 18 (2) du PIDCP ; infliger de lourdes peines à des personnes qui critiquent l’islam, ou prononcer à leur encontre des décrets publics de condamnation à mort est incompatible avec l’article 19 du PIDCP ; appeler à la « guerre sainte » ou à la violence contre d’autres pays ou leurs citoyens et glorifier les terroristes en les qualifiant de « saints martyrs » est incompatible avec l’article 20 (2) du PIDCP; apprendre aux enfants à haïr ou à combattre les adeptes d’une religion autre que l’islam est incompatible avec l’article 13 (1) du PIDESC. 2

26. Il convient de favoriser les contacts entre les Européens musulmans et non musulmans et les musulmans d’Afrique du Nord, du Proche-Orient et d’Asie, notamment chez les jeunes, les étudiants et les enseignants. L’Assemblée invite par conséquent le Forum européen de la jeunesse à étendre ses activités dans ce domaine. Il importe de soutenir la coopération entre les établissements éducatifs et culturels, ainsi qu’entre les villes du bassin méditerranéen, par exemple dans le cadre de la Convention sur la reconnaissance des qualifications relatives à l’enseignement supérieur dans la région européenne (STE n° 165) et de la Convention-cadre européenne sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales (STE n° 106).

Source : Site du conseil de l’Europe ; http://www.bivouac-id.com/2010/06/30/resolution-1743-contre-lislamophobie-adoptee-par-le-conseil-de-leurope-limitation-de-la-liberte-dexpression/